1. Dommage de devoir en arriver là pour portraitiser quelqu’un ! N’y a-t-il pas d’autres moyens ?

     

  2. "On nous a fait croire que le négatif équivaut au réalisme et le positif à l’irréaliste"
    — Susan Jeffers
     

  3. "I think a photographer sees sooner and faster than another person, beyond the fact of a camera and the technique he puts into use. I’d say that his vision has to be more attentive and more concentrated. The problem, though, comes in selecting from among all the possibilities that this vision offers, and in deciding, finally, what counts. Obviously, to be able to do this, you have to have concentration and discipline. If you use a 10 by 12 cm format camera, you can’t afford to waste, and you have to make use of a free view as much as possible, independent of technique, and without the constraint of the frame, almost as though the view were mental."
    — Gabriele Basilico - Silicon Valley 07
     

  4. Mythes et légendes de la retouche photographique

    "Un petit coup de photoshop et ça ira !" Combien de fois ai-je entendu cette phrase…“Maintenant avec le numérique, on fait ce qu’on veut.” “Photoshoper” est même devenu un verbe passé dans le langage courant. Il faut cependant distinguer ce que l’on entend par retouche. Travailler les contrastes, les densités de l’image, la recadrer ne sont pas des retouches, mais simplement des ajustements que l’on fait sur sa photographie. La retouche concerne le fait de transformer le fond même de son image. Enlever un poteau dans un cliché urbain, affiner un menton, étirer le coup d’un mannequin sont des véritables retouches car on change la réalité photographiée. Est-ce condamnable ou pas, c’est un autre débat. Partant de ce constat, la retouche n’est pas si courante que cela et contrairement à certains à priori toutes les images des magasines ne sont pas retouchées, fort heureusement. Pour ma part, je n’y ai recours que très rarement et seulement à la demande du client car en plus la retouche nécessite beaucoup de temps et de compétences. En revanche, améliorer son cliché d’origine est une pratique photographique qui existe depuis les débuts de la photographie et que tous les photographes font naturellement. Ça n’est pas survenu avec l’arrivée de Photoshop ou du numérique. Il n’y a qu’à voir toutes les instructions de tirage argentique données ci-dessous par Dennis Stock à son tireur…

    image

     
  5. Driving around fjords from Starvanger to Bergen in Norway. #norway #bridge #fjords (à bergen, norway)

     
     

  6. Ça peut paraître évident, mais c’est bien vu quand même. Et ça n’est pas si évident que cela quand on voit le comportement de certains photographes à l’étranger.

     
  7. 100 billets !

     

  8.  
  9. Oslo opera house. Architect ; Snøhetta. #oslo #opera (à Oslo Opera House)

     

  10. La photographie comme objet

    Avec le numérique, nous avons perdu cette notion d’objet photographique. Je m’en suis rendu compte en développant mes plan-films. Ce sont des négatifs de 10 sur 12cm utilisés avec des chambres grands formats. Ils donnent lieu à une photographie lente. On prépare son cadre, le matériel est imposant, la visée est précise. Bref on déclenche peu mais bien. Une fois la prise de vue effectuée, on développe ses plan-films un par un. À l’issue du développement, on peut apprécier l’image immédiatement compte-tenu de la taille du négatif et de sa précision. Quel plaisir de réaliser toutes ces étapes. C’est un anti-stress puissant, comme beaucoup d’activités manuelles.
    Ce processus est totalement à l’inverse de la photographie numérique, instantanée, rapide, sans aléa. L’objet n’est pas de dénigrer cette technologie actuelle qui représente indiscutablement un progrès et qui ouvre des nouveaux champs créatifs que ne permet pas la technique argentique. L’univers numérique dans son ensemble nous fait oublier la part manuelle de la photographie, en laissant à l’état de fichier numérique l’image. Tant que l’image n’est pas matérialisée, elle reste latente. Mais une photographie, c’est d’abord un objet, un morceau de papier sur lequel une image est révélée, voire imprimée, donc finie. Tâchons de garder cela en tête lorsqu’on décharge ses cartes mémoires sur son ordinateur.